Le samedi 8 avril 2017.

 

Est-ce que cette vie abondante reçue gratuitement et assurée par une vie de prière qui nous lie au Christ, nous mène à prier pour ceux et celles qui vivent dans le désespoir et la désillusion ?

« Jésus l’ayant vu couché, et sachant qu’il était malade depuis longtemps, lui dit: Veux-tu être guéri? Le malade lui répondit : Seigneur, je n’ai personne pour me jeter dans la piscine quand l’eau est agitée, et pendant que j’y vais, un autre descend avant moi. “Lève-toi, lui dit Jésus, prends ton lit et marche.”   (Jean 5.6-8)

 

Une personne que j’ai rencontrée récemment m’a raconté comment un conseiller chrétien l’a encouragée à délaisser son mari qui se drogue et qui est mal dans sa peau. Ceci me dépasse car nous négligeons de voir et d’entendre les souffrances des gens. Cette attitude nous empêche de comprendre la cause principale des situations tragiques et affligeantes. La prière, si elle est selon la volonté de Dieu, tournera plutôt notre regard vers ceux qui sont brisés par les circonstances malheureuses de la vie.

Et Dieu peut vous combler de toutes sortes de grâces, afin que, possédant toujours en toutes choses de quoi satisfaire à tous vos besoins, vous ayez encore en abondance pour toute bonne oeuvre,…Vous serez de la sorte enrichis à tous égards pour toute espèce de générosité qui, par notre moyen, feront offrir à Dieu des actions de grâces.” (2 Corinthiens 9.8-11)

La prière agissante porte des fruits et ainsi, elle permet aux autres de glorifier le Saint Nom de Jésus. Quelle joie débordante sera la nôtre, quand notre prière portera honneur à la bonté et la miséricorde divines !

Par une vie de prière ancrée dans le parcours de vie de Jésus sur terre, nous arriverons à réaliser que notre vocation première est avant tout dirigée vers les personnes meurtries et rejetées. Jésus qui est notre compagnon de route par la prière me dit que chaque personne, indépendamment de ses conditions physiques et psychiques, est unique et importante.  Cette personne est un enfant de Dieu, aimé de lui et ayant droit à cette vie abondante que nous offre Jésus.

” Si quelqu’un possède les biens du monde,

et que, voyant son frère dans le besoin, il lui ferme ses entrailles, comment l’amour de Dieu demeure-t-il en lui?”  (1 Jean 3.17)

Prière : Père de bonté, fais que je puisse être attentif aux besoins de ceux et celles qui sont brisés et marginalisés à cause de notre indifférence. Amen

++Ian Ernest